Entrelacs

Une nouvelle expo sur l'espace des escaliers...

Entrelacs, une œuvre de Cristina da Silva, escaliers du pont du Goléron, Bains des Pâquis, été 2018.

Chacun sait que l’on quitte les Bains des Pâquis avec une identité différente de celle que l’on tient en arrivant. Le lieu vous transforme. Au portail, c’est-à-dire en franchissant le Goléron, Cristina da Silva vous jette confusément dans les fils, troncs et lianes d’une forêt de singes : l’enjamber n’est pas si simple, votre orientation spatiale peut se décaler ou hésiter. Les effets de perspectives sont inattendus et le point de vue privilégié absent. Vous êtes entre la partie et le tout, la représentation et l’espace complexe de la jetée.

Au contraire, repartant des Bains, sans doute serein, vous passez le Goléron à l’aise, entre les taches sombres de peintures, de roches ou de nuages qui vous indiquent le chemin vers la ville. Peut-être même qu’un singe vous ferait signe.

Jean Stern